EAUX OXYGÉNÉES — OXYDYL — HUILE DÉCOLORANTE

 

 

Les deux premiers produits sont des solutions ou des émulsions (oxydant-crème OXYDYL) d’eau oxygénée (peroxyde d’hydrogène) à différentes concentrations. Ces concentrations sont définies par leurs "volumes" : un litre de produit à 20 volumes est capable de libérer 20 litres d’oxygène naissant servant, par une réaction d’oxydation, à la décoloration des cheveux ou à la fixation des teintures.

Ce dégagement d’oxygène gazeux, bien que lent, peut se développer spontanément dans le flacon de conditionnement et provoquer une surpression, donc un gonflement du litre en plastique, pour des produits de qualité médiocre. Corrélativement, la concentration en oxygène potentiel de ces produits diminue et leur efficacité également.

L’eau oxygénée que nous utilisons dans toutes nos formulations est de qualité officinale, donc extrêmement pure : c’est la même que celle qui est distribuée en pharmacie. Un coiffeur peut sans crainte diluer de moitié notre EAU OXYGÉNÉE à 20 volumes pour obtenir une solution à 10 volumes identique à celle vendue par son pharmacien. Cette pureté préserve de tout risque allergique ou de réaction secondaire avec des produits chimiques entrant dans certaines compositions.

Nos articles, aussi bien l’EAU OXYGÉNÉE que l’OXYDYL, sont hautement stabilisés grâce à des additifs dont nous avons le secret : aucun gonflement n’a été observé sur des témoins conservés pendant plusieurs années. La concentration en eau oxygénée est alors invariante.

L’OXYDYL est référencé, soit par un numéro (0, 1, 2, ou 3), soit par son "volume" (respectivement 10, 20, 30, ou 40 volumes).

Le LIGHTCOLOR est une crème oxydante de luxe, titrant 2,7% de peroxyde d’hydrogène, destinée aux couleurs ton sur ton.

Certains représentants de marques concurrentes diffusant des teintures font circuler des bruits affirmant que seuls leurs oxydants-crèmes sont compatibles avec leurs produits. Ceci est totalement sans fondement et ridicule. Le principe d’action de l’oxygène est universel, l’eau oxygénée est toujours de l’eau oxygénée, à condition, bien sûr, qu’elle soit d’aussi haute qualité chimique que la nôtre!

Nous distribuons l’EAU OXYGÉNÉE sous trois concentrations standards : 20, 30 et 40 volumes. A l’inverse des trois premières, l’utilisation des formes concentrées (très corrosives) est interdite dans les salons de coiffure. Néanmoins, certains coiffeurs en font l’acquisition, soit pour effectuer eux-mêmes les dilutions, soit pour des usages de nettoyage (bacs de lavages par exemple). Ces manipulations sont faites sous leur propre responsabilité.

Décoloration.

La décoloration est obtenue par une forte oxydation induite par l’oxygène naissant dégagé par le peroxyde d’hydrogène.

Le dégagement d’oxygène est spontané, mais faible, lorsque l’eau oxygénée est mise seule au contact de la kératine du cheveu.

Un milieu alcalin (pH supérieur à 7) catalyse fortement ce dégagement d’oxygène. C’est la raison pour laquelle, afin d’obtenir une décoloration suffisamment poussée, le coiffeur doit ajouter de l’ammoniaque ou une poudre très alcaline au moment de l’application.

Cette pratique élémentaire présente un inconvénient majeur : on génère une libération brutale de l’oxygène, agressive pour le cheveu, ce qui conduit à des décolorations virant au jaune, voire au vert. Pour modérer cette réaction chimique, on dispose de deux méthodes, d’ailleurs complémentaires :

• On remplace l’eau oxygénée par de l’oxydant-crème (OXYDYL), émulsion d’eau oxygénée et de cires céto-stéaryliques très douces, naturelles, tirées du coprah. Lors du mélange avec l’ammoniaque, on obtient une solution laiteuse et mousseuse qui protège la kératine et régularise le processus de décoloration. Il subsiste néanmoins un inconvénient pratique : le mélange appliqué est fluide et coule sur les mèches.

• Une notable amélioration consiste à remplacer l’ammoniaque par de l’HUILE DÉCOLORANTE. C’est une composition contenant, entre autres, de l’ammoniaque dosée de façon optimale et des huiles protectrices très douces. Lors du mélange avec deux parties d’eau oxygénée ou d’OXYDYL, il se forme un gel crémeux ne coulant pas sur la chevelure. Ce mélange est beaucoup plus doux et protecteur pour la kératine et la décoloration est plus progressive.

Après la décoloration, il est recommandé, pour améliorer le résultat, d’effectuer un lavage des cheveux avec un shampooing, tel le PLATINYL, produit très doux et acide. Son faible pH permet de neutraliser les résidus d’ammoniaque qu’il est difficile d’éliminer totalement par un simple rinçage, ou avec un shampooing neutre. Lorsque le cheveu est rendu alcalin (pH élevé), ses écailles se redressent en "arête de poisson", il devient rêche, terne, très difficile à coiffer. Le shampooing PLATINYL redonne au cheveu son pH normal. Il contient des agents de lissage et de reconditionnement de la kératine.

On peut également, bien qu’il soit moins spécifiquement adapté, utiliser avec profit le shampooing CATIONYL (voir ci-dessous dans le paragraphe sur la coloration).

 

Coloration.

Les teintures modernes (dites d’oxydation) nécessitent, lors de leur application, d’être oxydées par l’eau oxygénée afin de définir et fixer la teinte que l’on veut obtenir. On utilise en général de l’eau oxygénée à plus bas volume (10 à 30) que pour les décolorations.

Ici encore, comme pour la décoloration, il est bien préférable, pour garantir la protection du cheveu et améliorer la facilité d’application, d’employer la crème oxydante.

Les teintures agissent en milieu alcalin et il est vivement conseillé, après l’application, d’effectuer un lavage avec un shampooing doux et à faible pH, tel le CATIONYL, qui contient des agents cationiques. Ces produits ont la propriété de lisser les écailles du cheveu irrité, donc de le rendre soyeux, brillant et facile à démêler. Ils présentent également la particularité d’achever la fixation des teintes des compositions colorantes.

Aussi bien après une décoloration qu’après une teinture, un meilleur reconditionnement de la chevelure peut être obtenu par une application de notre baume-régénérant KERGEL.

 

Décoloration - Coloration

Accueil

 

    © Laboratoire POLENRY , 2001 - 2008